Afrique du Sud : infos pratiques

Tout ce qu’il faut savoir pour organiser son voyage en Afrique du Sud / Swaziland (budget, itinéraire, parcs à visiter…).

NOTRE CIRCUIT

Pour profiter au mieux de la richesse de l’Afrique du Sud, je vous recommande d’inclure dans votre itinéraire la péninsule du Cap. L’ambiance et les paysages y sont si différents du reste du pays qu’il serait dommage de ne pas s’y rendre durant quelques jours. 

Les distances entre les différentes étapes sont souvent assez grandes. On ne s’en rend pas vraiment compte quand on regarde la carte mais de nombreuses heures de voiture vous attendent. Je vous recommande donc de rester au minimum 2 nuits dans chaque étape et de ne pas vouloir faire tous les parcs qui existent, il y en a tellement. Au départ, je voulais inclure dans mon itinéraire le parc Hlane National Park au Swaziland (mais mauvais avis sur tripadvisor) ainsi que Ithala Game Reserve près de la frontière. Heureusement, l’agence m’a fait changer d’avis et c’était vraiment un choix plus judicieux. Nous avons déjà trouvé qu’il y avait beaucoup de temps de voiture.

Voici notre itinéraire :

    • Jour 1 : vol Paris/Cape Town (avec Ethiopian Airlines)
    • Jour 2 – 4 : visite de Cape Town avec location de voiture
    • Jour 5 : vol Cape Town/Durban (British Airways) + route vers Ste-lucia
    • Jour 6 : Ste-Lucia (croisière + réserve)
    • Jour 7 : Game drive dans la réserve Nyala (notre hôtel) puis parc Hluhluwe
    • Jour 8 : route vers le Swaziland
    • Jour 9 : journée dans la réserve Mlilwane wildlife sanctuary (dont balade à cheval)
    • Jour 10 : route vers le parc Kruger
    • Jour 11 : parc Kruger
    • Jour 12 : parc Kruger puis route vers le blyde river canyon avec arrêt aux Bourke’s Luck Potholes
    • Jour 13 : route du canyon à Pretoria avec arrêt aux cascades (Mac Mac, Lisbon et God’s Window
    • Jour 14 : visite de Prétoria puis du centre ukutula (lionceaux) avant de rejoindre Johannesburg où nous rendons la voiture
    • Jour 15 : vol Johannesburg – Mahé
    • Jour 16-17 : visite de La Digue
    • Jour 18 : La Digue > Praslin puis retour à Mahé pour prendre notre avion direct pour Paris

carte itinéraire afrique du sud

Si nous avions eu plus de temps, nous aurions aimé rester une journée supplémentaire au Cap afin de visiter Hermanus et y voir des baleines ; nous rendre au Drakensberg (vers la frontière du Lesotho) pour ses montagnes ou encore visiter d’autres parties du parc Kruger qui est si grand ou une réserve privée (mais souvent très onéreuses). 

Pour l’organisation de notre circuit, j’ai fait appel pour la 1ère fois à une agence. D’après ce que j’avais lu, cela revenait au même prix que l’on organise par soi-même ou que l’on passe pas une agence. De plus, nous avons réservé au dernier moment et à une période assez demandée (août). Après avoir fait une demande de devis auprès d’évaneos et de tui (offre sur-mesure : aventuria), nous avons choisi l’agence aventuria qui était de bon conseil et à l’écoute. Les deux agences proposaient à peu près le même parcours et les mêmes tarifs (1200€/pers hors billets d’avion international). J’avais également contacté « Marco Vasco » mais il ne pouvait pas répondre à notre demande de dernière minute.

Nous avons été très satisfaits de l’agence Aventuria. Elle nous a envoyé de la documentation, une carte routière très détaillée des différentes villes, un carnet de voyage, un correspond francophone nous attendait à notre arrivée à Cape Town afin de nous remettre les différents vouchers et une conciergerie francophone très efficace et agréable était également disponible en cas de problème. 

budget

L’Afrique du Sud est une destination moins onéreuse que d’autres pays d’Afrique comme la Namibie ou le Botswana mais cela reste un budget non négligeable malgré tout. Au restaurant, nous dépensions entre 150 – 200 Rand/pers (entre 10-12€) pour de la viande et de l’eau/bière. Nous laissions un pourboire d’environ 10% du total de la somme. Il est rare que le service soit inclus dans le prix du repas. Les serveurs étaient toujours très accueillants et annotaient toujours la note d’un « thank you ». Il faut compter environ 360 Rand (23€) pour un demi-plein d’une voiture citadine (un peu moins cher au Swaziland). Nous avons dépensé un total d’environ 2600€/p. (3 jours aux Seychelles inclus). 

AVION

Un vol pour se rendre en Afrique du Sud au départ de Paris coûte relativement cher en haute saison. Il est difficile de trouver un billet à moins de 1000€ en août. Plusieurs compagnies proposent ces vols comme Emirates, Air France, Ethiad, British Airways, Qatar Airways…. le tarif baisse aux autres périodes (env. 700€). Nous avons choisi un vol multi-destination avec une arrivée à Cape Town et un retour au départ de Johannesburg. Comme notre objectif était de faire un arrêt de quelques jours aux Seychelles, nous avons pris un vol aller sec (sans le retour) à 562€/pers avec Ethiopian qui proposait le meilleur tarif (qui est une bonne compagnie contrairement à ce qu’on peut croire). Pour bénéficier d’un prix très attractif pour le retour, nous avons réservé un vol direct Johannesburg-Mahé (4h55) et Mahé-Paris (direct 10h10) avec Air Seychelles à 337€. Si nous n’avions pas procédé de cette façon, nous n’aurions jamais pu bénéficier d’un tarif si intéressant pour le retour. A cela s’ajoute un vol interne entre Cape Town et Durban (2h10) qui a été réservé par notre agence (British Airways, South african airways). 

 FORMALITÉS ET SANTÉ

Un passeport valable 6 mois après la date de retour est obligatoire et il doit disposer de 2 pages vierges. Il n’y a pas de visa. Aucun vaccin n’est obligatoire sauf celui contre la fièvre jaune si vous provenez d’un pays endémique. Il est recommandé de prendre un traitement contre le paludisme (type malarone) si vous vous rendez dans les parcs/réserves au nord-est du pays (Kruger, Hluhluwe-Imfolozi, St-Lucia. Pour voir la carte des zones du centre pasteur : cliquez-ici). Il faut commencer son traitement la veille d’arriver dans la zone et le poursuivre 7 jours après votre départ de la zone. Les villes du type Cape Town, Pretoria, Johannesburg ne sont pas concernées. De notre côté, vu que c’était l’hiver (août), il y avait très peu de moustiques. Nous avons pris le traitement au cas où mais il y avait très peu de risque. Cela doit être très différent l’été. En effet, il sévit surtout d’octobre à mai (groupe 3).  

CONDUITE & PASSAGE DE FRONTIÈRES

La conduite est à gauche. Le pays dispose d’un très bon réseau routier (mais également des routes non goudronnées) mais il y a souvent des travaux.

route d'Afrique du sud

Il faut être relativement vigilant car on trouve souvent au bord des routes rapides des animaux (vaches, chèvres) qui peuvent traverser à tout moment ou des gens ou des écoliers qui marchent le long de la route ou qui font du stop. On trouve également pas de mal de camions surtout dans les zones boisées (entre prétoria et le kruger).

route d'Afrique du sud

Les routes sont limitées à 60km/h dans les villes, 120km/h sur les routes principales et 40 ou 50km/h dans les parcs. Ils ont tendance à ne pas trop respecter ces limitations et à doubler malgré le manque de visibilité. Ils se servent de la bande d’arrêt d’urgence comme de route « lente » pour se laisser dépasser. Il est également courant de s’arrêter à une intersection avec 4 stop. Tout le monde doit s’arrêter et c’est le 1er arrivé qui peut s’engager. Il faut bien respecter l’ordre car les sud-africains sont stricts sur le sujet et respectent parfaitement l’ordre de passage. Nous n’avons pas été contrôlés par la police mais nous avons vu plusieurs contrôles aux abords des grandes villes comme Prétoria et Johannesburg.

A priori, le permis de conduire international est désormais obligatoire. Nous l’avions fait faire avant de partir (gratuit) mais il ne nous a jamais été demandé. Lorsque vous ferez le plein de la voiture (full tank), un employé de la station vous fera automatique vos vitres. En contrepartie, il faudra laisser un pourboire d’environ 10R.

Dans les villes, lorsque vous cherchez une place, vous trouverez souvent des rabatteurs qui vous proposent un emplacement et qui vous la surveille en votre absence en échange d’un pourboire.

Dans les villes comme Prétoria, on a nous conseillé de nous garer dans les parkings payants et surveillés. Nous avons également croisé des panneaux de signalétiques à l’approche de Prétoria nous annonçant une zone de « criminalité » ce qui n’est pas vraiment rassurant. L’agence nous avait fourni un papier rédigé en anglais indiquant qu’il était strictement illégal de régler un policier ou autre en cash en cas d’infraction. Il s’agit en effet d’une arnaque assez courante. Des policiers en tenue officielle peuvent vous arrêter et vous verbaliser en vous demandant de régler sur place. Cela n’est pas légal. En cas d’amende, vous devez vous rendre dans le centre de police le plus proche et régler alors votre amende. 

L’agence nous a loué une voiture auprès d’Europcar pour la péninsule du Cap puis de Durban à Johannesburg. Nous avions une berline car un 4X4 coûte rapidement plus cher. Il n’est pas nécessaire d’avoir un 4X4 pour visiter les parcs/réserves ni pour rejoindre les différentes étapes du parcours. Il y a bien des routes de terre dans les parcs mais elles sont accessibles aux voitures de tourisme. L’inconvénient, c’est que vous manquerez de hauteur. A un moment, nous n’arrivions pas à voir les lions (nous étions trop bas) contrairement aux autres visiteurs. Cela était assez frustrant mais il est plus rentable de s’offrir des safaris en 4X4 que de louer un 4X4 pour tout ce trajet. D’après le routard, il faut avoir au moins 5 ans de permis et plus de 25 ans pour pouvoir louer une voiture. 

location voiture afrique du sud

Faites attention aux frais supplémentaires. A notre retour en France, nous avons eu la mauvaise surprise de recevoir une facture assez salée (181€) alors que nous avions rendu la voiture sans aucune égratignure. Cela s’explique par 1114R (73€) pour frais d’abandon (pour rendre la voiture dans une autre ville d’Afrique du sud, nous pensions que c’était inclus dans les frais de location de l’agence) ; frais de passage de frontière pour le Swaziland : 1180 Rand/voiture (76€) – l’agence de location vous remettra une fiche en anglais avec les détails de votre véhicule. Cette dernière est obligatoire. En cas d’absence, vous pourrez être arrêtés par la police. De notre côté, elle n’a pas été demandée au moment du passage de la frontière) ; frais de nettoyage de la voiture de 300R (20€) alors que nous avions lavé la voiture à une station service avant de la rendre et que personne sur place ne nous a fait le moindre reproche sur l’état de la voiture ; péages de 288R (18€) – la voiture était équipée d’un boitier automatique ce qui était bien pratique. D’autres frais peuvent encore s’ajouter comme le conducteur supplémentaire (368R – 24€), les jeunes conducteurs de moins de 23 ans (294R/j et /conducteur soit 20€/j) ; les frais administratifs pour les amendes : 279R (18€) / amende… etc. 

Pour nous orienter, nous avions pris un GPS (117R/j – 7€/j) mais finalement, nous avons préféré utiliser l’appli Maps.Me (appli gratuite qui fonctionne gratuitement sans internet, cartes à télécharger avant votre voyage en France).

HÉBERGEMENT

Il existe différents types d’hébergement en Afrique du Sud : les guesthouses (maisons d’hôtes), les restcamps (hébergement typiquement sud-africain avec une chambre dans une paillote que l’on trouve dans les parcs), les lodges (hôtel luxueux avec différents bungalows ou cottages dans un style local ou colonial).

L’agence nous a proposé des hébergements de très bonne qualité. L’idéal est de dormir dans les parcs (même si cela est plus cher) car les animaux sont plus visibles en fin de journée et le soleil se couche relativement tôt. Si vous dormez loin du parc, vous devrez le quitter relativement tôt et vous n’aurez pas la chance de profiter du meilleur moment de la journée.

Voici la liste de nos hôtels :

hébergement restcamp kruger afrique du sud

ALIMENTATION

Nous avons très bien mangé durant tout notre voyage. La carte des restaurants propose pratiquement tout le temps de la bonne viande. Vous pourrez ainsi déguster un grand morceau de viande à un prix très attractif. Vous pourrez choisir un T-Bone (de 250g à 600g), du Sirloin (bavette),  du billet, rimb (pavé)… Pour la cuisson, à vous de choisir : rare (saignant), médium (à point), well done (bien cuit). Si vous ne voulez pas de sauce, il faut préciser « no basting« . Bien sûr, il n’y a pas que de la viande, vous pourrez également vous rendre dans des restaurants de poisson, asiatique…. Pour le grignotage, nous aimions acheter des sachets de viande séchée dans les superettes (de boeuf, d’impala…) : le « biltong« . 

viande afrique du sud

Vous verrez également qu’ils sont fans des barbecues « braai« . Dans notre camp au Kruger, chaque logement disposait d’un barbecue. Le jour où nous avons visité le Bourke’s Luck Potholes, c’était un jour férié (jour de la femme), de nombreux africains étaient venus en famille visiter ce site. En fin de journée, de nombreuses familles s’étaient installées dans l’herbe au centre du parking pour partager un barbecue. C’était assez unique de voir cela.

barbecue afrique du sud

SÉCURITÉ

Dans les zones touristiques, on ne se sent pas du tout en insécurité. Cela est un peu moins le cas dans les grandes villes comme Cape Town, Johannesburg et Prétoria. Il suffit de regarder les habitations, elles sont toutes protégées par des barbelés et systèmes d’alarme. Même en pleine journée, nous nous sommes pas sentis vraiment à l’aise à Prétoria. Nous étions les seuls touristes dans la rue (les autres étaient déposés en bus au pied des sites touristiques). Des habitants sont venus nous voir pour nous dire de faire attention à nos sacs et téléphones et de ne pas se garer dans le rue car c’était dangereux. Il est également très fortement déconseillé de conduire de nuit, de sortir la nuit (à prétoria, on nous a conseillé de nous faire livrer notre dîner) et de bien choisir le quartier où on dort. Il faut donc être vigilant dans les grandes villes mais dans l’ensemble, on se sent en sécurité.

MONNAIE

La monnaie est le RAND (ZAR). Sur les billets, vous trouverez d’un côté le visage de Nelson Mandela et de l’autre un animal des « big Five » (léopard, buffle, lion, éléphant, rhinocéros). Au moment de notre voyage (août 17), nous divisions les rand par 15 pour convertir en euros soit 100 Rand = 6,4€. Si vous passez par le Swaziland, vous pourrez utiliser vos Rands, pas besoin de faire de change (mais ils peuvent vous rendre la monnaie avec des pièces du Swaziland qui ne sont pas acceptées en Afrique du Sud, il faut donc être vigilant au risque de ne pas pouvoir utiliser cet argent). 

monnaie afrique du sud

DÉCALAGE HORAIRE

Voici un atout non négligeable du pays, il n’y a pas de décalage horaire quand c’est l’été en France et uniquement 1h en hiver (quand il est 10h à Paris, il est 11h en Afrique du Sud). 

CLIMAT

L’Afrique du Sud se trouve dans l’hémisphère Sud (contrairement à la France qui se situe dans l’hémisphère Nord). Par conséquent, les saisons sont inversées. Lorsque c’est l’été en France, c’est l’hiver en Afrique du Sud. L’Afrique du Sud connaît 2 grandes saisons : l’été d’octobre à fin avril et l’hiver de mai à fin septembre, période la plus propice pour la découverte des parcs animaliers. Nous avons apprécié y aller en « hiver » car les températures étaient agréables (mais nuits fraiches). Il faisait plus frais du côté du Cap (10-20°C), nous avons eu une journée de pluie (pantalon et pull léger. Nous étions en short et tee-shirt dans les autres régions). En revanche, ce n’est pas l’idéal pour visiter la route des vignobles (vignes sans feuilles) et le soleil se couchait vers 17h30. Il faut donc se lever très tôt afin de profiter au mieux de sa journée. Il n’y avait pas non plus beaucoup de végétation dans les parcs ce qui permet de mieux voir les animaux. 

électricité

Les prises de courant sont britanniques (triangle avec 3 fiches dont une très épaisse en haut). Il faut acheter un adaptateur sur place (nous l’avons trouvé à l’aéroport de Durban à 20R (soit env. 1,20€). Nous avons pris le modèle le plus simple. Notre adaptateur universel ne fonctionnait pas. Dans certains hôtels, des adaptateurs étaient à disposition et permettaient de brancher nos appareils. 

DRAPEAU

Le drapeau de l’Afrique du Sud est l’emblème de la République d’Afrique depuis avril 1994, date des 1ères élections non raciales avec la fin de l’apartheid. Ce dernier cherche à illustrer cette nation « arc en ciel » avec ses multiples couleurs. 

  • Le noir représente le peuple qui était sur le territoire avant la colonisation
  • Le jaune/or représente les ressources du sous-sol (diamant, autres métaux précieux…)
  • Le bleu et le rouge  rappel les couleurs des colonisateurs : Afrikaner (Néerlandais) et Anglais
  • Le blanc est le symbole de la démocratie
  • Le vert représente le chemin vers la paix.
  • La forme en Y symbolise le fait que les différents peuples, avant non solidaires, se sont rencontrés et marchent désormais ensemble vers la paix et l’union. 

Tous les éléments du passé sont réunis sur la gauche du drapeau alors que les éléments actuels sont sur la droite et doivent perdurer dans l’avenir. Nelson Mandela disait de ce drapeau qu’il représentait l’évolution historique de l’Afrique du Sud.  

Drapeau de l'Afrique du Sud

PARC/ RÉSERVES À VISITER

L’Afrique du Sud regorge de parcs et réserves :

Il ne reste plus qu’à choisir…


LIRE LA SUITE